Travaux

Chape maigre : tout ce qu’il faut savoir

Le novembre 6, 2022
chape maigre

Dans l’habitat neuf, comme dans la rénovation, la chape maigre est un matériau très utilisé pour toutes sortes de constructions. 

Mais quelles sont ses différences par rapport à une chape traditionnelle et comment réaliser sa pose ?

Définition de la chape maigre (ou chape du carreleur)

Une chape maigre est une couche de mortier qui recouvre une dalle de béton. Plus fine qu’une chape traditionnelle, l’épaisseur de la chape maigre se situe habituellement entre 7 et 10 cm (si elle est effectuée par un professionnel). Elle est couramment utilisée avant la pose d’un carrelage, aussi bien en intérieur, qu’en extérieur.

Sa composition

Tout comme une chape traditionnelle, une chape maigre se compose d’un mélange de ciment (ou de chaux), de sable et d’eau. En revanche, une chape maigre est, par définition, plus faiblement dosée en ciment qu’une dalle de construction.

Ses avantages

Il est coutume d’entendre parler de chape maigre lors de travaux de maçonnerie. Mais quels sont ses principaux atouts ?

Niveler les sols 

La chape maigre redonne à votre sol une bonne planéité. Elle offre une bonne base, sans défaut, et facilite la pose d’un carrelage ou autre revêtement de sol. Lors d’une construction ou d’une rénovation, elle permet par ailleurs, au moment de l’implantation des cloisons, d’apporter un nivèlement du sol identique dans toutes les pièces ;

Recouvrir les gaines, les fils électriques et les systèmes de chauffage

Moins lourde qu’un béton traditionnel, la chape maigre recouvre les gaines ou canalisations sans compromettre leur bon fonctionnement. Selon la NF DTU 52.1 P1-2, elle est même obligatoire lors d’installation d’un plancher chauffant ou solaire et doit avoir 4 cm d’épaisseur au minimum ;

Offrir une meilleure isolation thermique et acoustique

La chape maigre, par sa faible épaisseur et sa  capacité d’enrobage, confère une meilleure conductivité de la chaleur. Son isolation acoustique est supérieure à celle d’une dalle en béton ;

Limiter les risques de fissure

son faible dosage en ciment lui octroie une certaine souplesse. La chape maigre, tel un amortisseur, diminue la menace de voir le carrelage de votre pièce se lézarder avec le temps.

Son coût

Le coût d’une chape maigre dépend principalement de l’épaisseur de la couche à poser, et de la surface de sol à recouvrir. Toutefois, de nombreux autres critères sont pris en compte lors d’un devis réalisé par un spécialiste (accessibilité, type de support, finition…). 

  • Si vous envisagez d’effectuer le chantier vous-même, prévoyez environ 300 euros/m3.
  • Si vous préférez déléguer ce chantier à un pro, le prix de la pose varie entre 10 et 40 euros/m2.

Réalisation d’une chape maigre : guide pratique et conseils

Vous souhaitez réaliser une chape maigre avant d’installer votre carrelage ? si vous n’êtes pas maçon de métier, sachez qu’une chape de ravoirage mal faite peut compromettre totalement la suite de vos travaux. Pour une pose réussie, voici ce que vous devez savoir !

Comment bien préparer votre sol

Pour assurer l’adhérence de la chape maigre sur votre sol, ce dernier doit être nettoyé. Un bon dépoussiérage de la dalle (qui doit avoir elle-même séché au moins deux mois après sa réalisation) est incontournable. Si votre plancher s’avère ancien, une résine d’accrochage pour mortier assure une meilleure agrégation.

Il faut également prévoir la pose de bastaings pour bien délimiter les zones qui accueillent la nouvelle chape. L’utilisation d’un niveau laser permet de réaliser des marquages aux murs pour une avancée du chantier plus sereine.

Quel dosage pour une chape maigre ?

Préparer un mortier maigre se révèle assez technique et nécessite de l’expérience ainsi qu’une bonne maîtrise du matériau.

Le dosage d’une chape maigre est de 150 kilos de ciment pour 1 m3 de sable. La quantité d’eau à ajouter reste minime et aléatoire ; trop d’éléments extérieurs interviennent pour pouvoir vous donner un litrage exact (taux d’humidité du sable, température ambiante, nature du sol à recouvrir…). Toute la complexité de l’élaboration de votre mortier réside dans le dosage de l’eau. 

Il convient dans un premier temps de bien mélanger le ciment et le sable. Ensuite, vous ajoutez l’eau, petit à petit, jusqu’à pouvoir former une boule homogène et compacte dans vos mains. Si elle s’effrite, rajoutez un peu d’eau, mais attention ! toujours par petite dose, pour ne pas rendre votre mélange trop liquide !

Étaler votre chape maigre : la bonne technique

Vous pouvez à présent, à l’aide d’une brouette, étaler votre mortier sur son lieu de destination :

  • à l’aide d’une truelle, vous ajustez la quantité de mortier nécessaire de-ci et de-là (le surplus est mis dans un petit seau et réutilisé un peu plus loin). La taloche vous permet également de retirer les grains apparents ;
  • à l’aide d’une règle de maçon, vous égalisez la surface de votre chape (en partant de l’extrémité d’une pièce, vous tirez votre chape à reculons avec votre règle métallique).

Il ne vous reste plus qu’à attendre le séchage complet de votre chape maigre. Un minimum de cinq jours est requis avant de pouvoir marcher à nouveau sur votre sol.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.